SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

BIBI LE MOUFLON

BIBI LE MOUFLON

Le mouflon est une espèce de grand mouton qui se plait à multiplier les acrobaties dans les montagnes du Sancy et du Cantal. En véritable virtuose de l’équilibre, il s’élance dans les escarpements, s’attarde dans les caches de roches en saillie, et fait sonner la terre à ses sabots. On peut le surprendre quand la lune donne en plein. Mais le mouflon est sauvage. Son cœur cogne sous les côtes et il se dérobe vite aux regards.
Ainsi aurait du être la vie de BIBI. Mais…
Le 20 mars, il y a 3 ans, une mouflonne court, paniquée, dans le champ de Jo. Elle est poursuivie par deux chiens et, pour sauver son bébé, elle les entraîne très loin derrière elle.
Jo habite une ferme isolée en montagne, à 1000 mètres d’altitude, et à proximité de la réserve naturelle de la vallée de Chaudefour. Il a vu le bébé mouflon et attend patiemment que la mère vienne le rechercher. Ce qui ne sera pas. Alors, sachant que l’animal n’a aucune chance de vivre, Jo le prend avec lui, le met dans une caisse à pommes, et l’élève au biberon. Du lait toutes les deux heures, jour et nuit, pendant deux ans. Bibi prend goût au pain grillé et aux cadres de miel (Jo est apiculteur).
Très vite, ces deux-là s’habituent l’un à l’autre. Très vite, de forts sentiments affectifs se nouent entre eux. Jo me dit au téléphone : “Un bébé qui va mourir, quel qu’il soit, vous le prenez avec vous et vous le nourrissez. VOUS FAITES PARLER VOTRE CŒUR”.
Bibi est un animal sauvage et il doit retourner à l’état sauvage. Ainsi en est-il de l’arrêté préfectoral qui interdit à Jo la détention de Bibi. La décision est soudaine, brutale. C’est oublier que le mouflon n’a aucune chance de s’intégrer en milieu naturel et aucune chance d’être accepté par ses congénères. Bibi est condamné à la mort.
La bataille dure dix jours. Jo se mobilise sur tous les fronts. Cette histoire suscite mille émotions. Les associations s’en mêlent. Brigitte Bardot écrit au Préfet.
Résultat : Jo gardera son Bibi. La situation a tourné en leur faveur. Bibi devra simplement rester dans un enclos. Jo me précise, au bout du fil, que l’enclos sera un parc de 1 hectare et demi fermé par 200 piquets, et qu’il est en train de lui construire un beau chalet.
Jo et Bibi vivent en paix, avec toujours beaucoup de tendresse entre eux. La presse évoque encore, à ce jour, leur touchante aventure.


MAMOUNETTE




Il y a onze ans, Thérèse, une fermière, ramassait en cours de promenade un chaton dans une haie sauvage. Perdu, peureux, la petite bête avait peu de chance de vivre sans cette rencontre fortuite. C’était une femelle nommée MAMOUNETTE.
Entre Thérèse et la chatte, ce fut au fil des années un bel amour et une tendre complicité. Mamounette était gâtée, choyée, et profitait de la liberté de la campagne auvergnate. Jusqu’en mars 2010 où Thérèse quitta ce monde pour l’autre que l’on dit plus avenant. L’avenir de Mamounette devenait incertain.
Dans le village (St Fargeol) commencèrent à circuler des rumeurs alarmantes sur le sort de la pauvre orpheline. Plus précisément, on parlait d’euthanasie. Bien entendu, je m’inquiétais aussitôt et mes pas me conduisirent chez la défunte où B., la cousine, rangeait des affaires.
B. me rassura. Mamounette était chez elle à Limoges, mais prisonnière d’un appartement en compagnie d’autres chats. Cela ne se passait pas très bien. Mais à qui donner la chatte ? B. ne voulait personne du village ! Je pensais d’un coup à Denise qui adore les animaux. A peine ce prénom prononcé, B. choisit d’entrer en relation avec elle.
Dans les jours qui suivirent, je fus tenue au courant de l’évolution des choses par téléphone. B. se rendit à Pionsat et donna Mamounette à Denise, persuadée que ce nouveau foyer conviendrait parfaitement à la vieille chatte. C’était mieux que l’appartement car Mamounette était habituée à sortir et à profiter de la nature. Mamounette allait vivre dans un lieu sécurisé et avec des soins constants (lotion Siladog et traitement oral Tumyl mammaire journaliers).

Laissons s’exprimer Denise :
“Avril 2010 — Mamounette ne va pas si mal. Pas de miracle du côté des tumeurs mais elle ne semble pas souffrir, mange bien, et s’est tout à fait habituée à la maison. Elle est très calme et très gentille. Elle coule des jours heureux et apprécie la présence des lapins dont elle cherche à s’approprier les cabanes.”
“Mai 2010 ­— Le récit des “amours frustrés” de notre brave Mamounette. Malgré son âge avancé et son état de santé précaire, Madame a eu des “chaleurs torrides”. Des roulades frénétiques et des miaulements intempestifs sous les pattes de la Husky (de ma fille) qui restait perplexe et sereine. Comme le corps vétérinaire avait fortement déconseillé la pilule ou tout autre calmant, nous avons placé Mamounette dans la véranda, craignant qu’elle ne s’échappe pour rencontrer quelque galant avec tous ses attributs virils (mes matous sont tous stérilisés). Ce qui aurait été catastrophique.
Il faudra venir voir la Mamounette, chère Danielle, et Rama, victime d’un grave accident de la route et qui se remet peu à peu après une lourde opération. Un petit miraculé que l’on m’a amené de Tours et que j’ai pour le moment en famille d’accueil.
Il faudra venir voir la Mamounette qui s’est fait une belle place dans notre maison et dans notre cœur.”

Bravo, Thérèse, d’avoir tout si bien orchestré de là-haut pour le bien-être de cette chatte que vous aimiez.

Mai 2010
Danielle CHEVALIER > Villejaleix / 03420 St. Fargeol

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr