SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

BABE

BABE

Juin 2004. Les journées sont longues et dorées de soleil, pleines d’odeurs d’acacias et de bruits tranquilles. Un vent léger peigne les herbes aux reflets d’argent. Nous sommes à Pionsat, dans le Puy-de-Dôme, et Denise vient d’aller chercher chez un couple en retraite, un des petits cochons d’une fratrie de dix. Elle le ramène chez elle dans un carton, pour un destin meilleur que celui de ses ancêtres ou de ses contemporains.
BABE, de race vietnamienne, ainsi nommé suite à un film, occupe d’abord un clapier avant de prendre possession d’un enclos. Gentil, sociable, Babe fréquente aussi la maison de ses propriétaires. Il partage la gamelle des chats et des chiens, suit au pas à pas sa maîtresse, guettant les caresses sous le ventre, adorant les bains de boue mais craignant le jet d’eau. Il se mêle aux poules, aux coqs et, avec le temps, se plait à détruire les clôtures, même le portail, car – contrairement à ce qui était prévu – Babe grossit… grossit… jusqu’à devenir très imposant.
Sept années de bonheur pour notre ami aux larges pattes. Il est alerte et docile, montrant un solide appétit. Une autre vie que celle des cochons engraissés pour faire du lard dans le noir d’un réduit sans hygiène. Babe, si tu savais ce que tes frères ont pu supporter et supportent encore…
Fin de printemps 2011. Qu’arrive-t-il ? Babe est triste et ne veut plus s’alimenter. Trois vétérinaires passent le voir. Passer est bien le mot ! Apparemment, ces personnes-là ne connaissent rien à la pathologie des cochons de compagnie. C’est Denise “qui s’y colle” avec son amour, son dévouement et son savoir. Elle visite sa bête jour et nuit, piquant, perfusant, surveillant la température. Elle craint beaucoup que Babe souffre. Elle lui mijote des petit plats : bouillons de légumes, soupes au lait et à la banane (Babe en a toujours été friand). Mais rien n’y fait. Et, un soir, Denise retrouve son cochon mort à côté de sa cabane.
La saison est belle. Les peupliers bruissent des souffles du vent dans la lumière. Les paysans moissonnent les seigles et les froments. La saison est belle. En campagne. Pas dans les cœurs. Babe repose dans son jardin, sous une jachère fleurie de bleuets, cosmos et coquelicots. Babe est à jamais près du chêne qui le régalait de ses glands, et proche de la chatterie où paressent ses amis félins. S’il y a un paradis, Babe, soit heureux. Tu manques beaucoup à ta maîtresse.


Danielle CHEVALIER
Villejaleix 03420 St Fargeol

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr