SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

Jérémy et Clovis

Jérémy et Clovis

Jérémy


Un grand troupeau de bovins traverse le village, au trot, encadré par trois paysans. Ignorant ce remue-ménage, Jérémy remet de l’ordre dans sa fourrure devant la porte de la maison. Il vient de descendre du premier étage par la vignole. Il adore ça ! C’est un équilibriste. Il va s’asseoir sur l’appui de la fenêtre et colle son nez au carreau. Le froid de l’automne commence à piquer, affolant les rares moucherons perdus dans les rosiers.
Jérémy est indépendant de caractère. Il a eu dix ans en avril, c’est dire qu’il “ a roulé sa bosse ”. C’est le tonton sculpteur qui l’avait adopté, au départ. Mais Jérémy est trop exigent de nature. Sur la nourriture. Sur les câlins. Cet homme âgé n’était pas assez attentif. François l’a pris avec lui et le gâte : émincés en sachets, thon, escalopes fraîches, petites croquettes au poisson. Oui, Jérémy est un monsieur délicat.
Tout à coup, Jérémy se cache derrière une charrette à ridelles. Des hommes en gilets et vestes fluo, le fusil sur l’épaule, approchent et discutent bruyamment de leur journée de chasse. à l’abri dans l’étable voisine, Jérémy est furieux. Il avait flairé une souris sous une auge en pierre, qu’il comptait “ revisiter ”. La retrouvera-t-il ? Jérémy recule devant ces hommes qui occupent son territoire. Y’a vraiment pas moyen de rester tranquille chez soi ! pense-t-il en se réfugiant sous la Renault de son maître. Jérémy patiente et soupire. Il regarde tomber le couchant qui devient blanc, signe de pluie pour le lendemain.

Clovis


CLOVIS grimpe sur le bras du fauteuil, près de la cheminée dont les flammes le fascinent. Quel bonheur ! Il ronronne de plaisir, bercé par les crépitements du feu. Il se sent chez lui et en sécurité. Un “ chez lui ” qu’il a choisi au printemps 2005. Cela a commencé par quelques allées et venues devant la maison, sur la marche de l’entrée, et enfin dans la pièce principale pour s’alimenter. Clovis a adopté son maître. Pas le contraire. D’où vient-il ? S’est-il perdu ? A-t-il été abandonné ? C’est pourtant un chat particulièrement affectueux. D’un beau pelage tigré marron et blanc.
Dehors, c’est novembre et ses frimas. Le sourd grondement du vent grandit. La brume mouille et vous donne des frissons. Pas question d’enfoncer ses pattes dans les pâtures ! Clovis nettoie longuement ses oreilles avant de se camper sur la table devant la fenêtre. Une vitre s’allume chez les voisins. Une bande de corbeaux court se réfugier dans les bois derrière le village. Clovis les observe, assez indifférent. Puis ses yeux mi-clos se posent sur Jérémy. Celui-là, il a fallu s ‘en faire un copain et cela n’a pas été facile. Il lui grognait dessus comme un ours. Maintenant ils sont habitués l’un à l’autre. Plus exactement, ils se tolèrent. A chacun son territoire. Clovis a la priorité au coin de la cheminée. Il va se blottir entre les bras de François assis près de l’âtre, lui lèche le menton, lui mordille le nez. En cette saison, les crépuscules tombent vite du ciel. Clovis préfère se perdre dans la contemplation des flammes, le dos “ gratouillé ” par son maître.


Danielle CHEVALIER
Villejaleix 03420 St Fargeol

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr