SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

Un sacré… bouc-en-train

Un sacré… bouc-en-train

Il s’appelle ROM et ne manque pas de dynamisme. Il a été abandonné avec un autre bouc près de Moulins et, suite à une annonce dans un journal local, a trouvé refuge chez une amie dévouée aux animaux. Son comparse, tout blanc, a été adopté pour “ épouser ” les chèvres d’une paysanne.
Le voyage Allier Puy-de-Dôme a été franchement rocambolesque et parfumé dans le camion…

Monsieur Rom, ainsi nommé parce que jeté en pleine campagne bourbonnaise sur les chemins creux peuplés du pépiement des passereaux, a tôt fait de s’accoutumer à ses nouveaux propriétaires. Il a commencé par squatter les clapiers à lapins et montré un vif intérêt pour la réserve de nourriture. Du genre entêté, il a forcé la porte et enfoncé goulûment menton et barbiche dans le granulé des poules. Alimentation très toxique. Panique ! Suite de piqûres et de purges pendant huit jours. Mais au bout du troisième, notre glouton “ lapin-poule ” allait déjà mieux. Lui reste néanmoins une attirance certaine pour le grain des copains, qu’il préfère aux arbustes. Il faut se montrer vigilant.

Rom ignore que dans les rites de sorcellerie, le bouc est associé au diable. Ridicule ! Lui, c’est un cœur tendre, attaché à ses maîtres, très “ bisou-bisou ”, et ami avec Morphée la Husky. Cela est étonnant car ces chiens ont la réputation d’attaquer les moutons et les chèvres. Rom est sans doute trop craquant ! Pour n’importe qui. Morphée et lui se promènent ensemble à la laisse dans les rues du village sous l’œil narquois des habitants qui n’ont jamais vu ça.

Rom entrerait volontiers à la maison. Il grimpe sur le perron et frappe à la porte avec ses sabots. N’est-il pas raisonnable cependant d’éviter les mauvaises habitudes ?


Cinq ans déjà
C’est avec l’histoire de Gaspard que j’ai commencé à écrire les “ Chroniques de la campagne ”. Vu l’âge avancé de ce chien malade venu se réfugier chez moi après des années de maltraitance et d’errance, la vétérinaire avait dit : “ Vous ne le garderez pas plus d’une année ”.
Gaspard a déjoué la logique. Cela fera exactement cinq ans en juin 2012 qu’il profite de la maison, de la compagnie de ses copains chiens et chats, et de la campagne environnante. Il a toujours bon œil malgré une fatigue certaine, une santé satisfaisante malgré quelques rhumatismes, et une gourmandise bien accrochée aux gamelles.


Danielle CHEVALIER
Villejaleix 03420 St Fargeol

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr