SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

Pour toi, belle Henriette…

Pour toi, belle Henriette…

Henriette vient de nous quitter en ce mois de février 2014. Elle est partie retrouver sa patronne paysanne au paradis des bonnes âmes. Elle allait avoir 22 ans le 3 mars.

Henriette, c’est toute une histoire (chronique mai 2009) ! celle d’une vache qui vivait comme un chien de ferme, aimée et emmalicée comme on dit en Auvergne, n’hésitant pas à piquer une petite course avant de consentir à rentrer à l’étable pour la nuit. Un caractère fort. Des goûts affirmés. Rebelle et insoumise. Bref, mon égo animal ! Et c’est sans doute pour cela que cette grosse bête me plaisait tant.

Animée d’un esprit de gaieté, Henriette à la robe marron-blanche, s’abritait souvent au soir tombé sous un gros arbre après avoir brouté dans les champs. Elle échangeait quelques mots avec les perdreaux à la tête cachée dans les plumes, et observait les monts de Combraille ventilés par le vent, les fagots et les aiguillons contre les murs de grange, les bourres de brouillard qui s’attardaient dans les fonds en menaçant le temps du lendemain.
Le jour où le « traîne-diable » de la mort a pris sa maîtresse, Henriette s’est retrouvée seule avec son patron sujet à problèmes de santé. Elle a été vendue pour sa viande, prête à être embarquée pour l’abattoir. Refus absolu de ma part. Refus absolu ! (chronique : Histoire d’un sauvetage).

Mais… n’était-il pas déjà trop tard pour intervenir ? Peut-on se battre contre la fatalité ? Quand se nouent les volontés et que se forme la chaîne de l’amitié, oui, c’est possible. Avec Jean-Pierre et moi, Denise, la S.N.D.A., la Fondation Bardot, Frédérique Freund de l’OABA… Oui, nous avons sauvé notre vache. Juste à temps ! Mais nous l’avons sauvée.

Henriette a passé les deux dernières années de son existence en Saône et Loire, dans une ferme de l’OABA, sous l’œil vigilant de Patrick à qui il faut dire un grand merci. Parce qu’elle avait gardé son caractère, la belle ! Elle l’a fait courir Patrick ! Au point de mettre une cloche au cou d’Henriette pour arriver à la retrouver dans les prés. Sociable mais indépendante, elle avait aussi son coin à part dans l’étable.

Il ne faut pas être triste, Henriette a eu une vie extraordinaire. Elle est allée au bout de ses forces et a été euthanasiée, échappant à ces abattoirs monstrueux où finissent tous ceux de sa race.

Henriette est dans le calendrier 2014 de l’OABA, au joli mois de mai. Dans son œil, brillent et brilleront toujours la malice et la gourmandise. Regardez-la bien, on la dirait toute prête à croquer quelques-uns de ces dahlias qu’elle appréciait tant.

Danielle Chevalier
Villejaleix, février 2014

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr