SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

DES ANIMAUX ET DES HOMMES dans les années 30

DES ANIMAUX ET DES HOMMES dans les années 30

A nos grands-parents

A la fin mars, les herbes pointent de toutes leurs lames, crevant la terre, et une odeur de soupe s'échappe par les fenêtres ouvertes des maisons. Les journées sont à nouveau longues et Guernouille (surnom donné à une fillette qui aime beaucoup l'eau) descend le chemin envahi de fougères jusqu'au champ où vont paître ses brebis. Les pinsons et les mésanges foisonnent dans les feuillages des prunelliers avec mille bruits d'ailes et leurs nids campent déjà aux fourches des branches. Les pigeons se coursent dans les frênes ébranchés longeant la rivière dans laquelle plongent les grenouilles massées au débouché de la gorge. Terminées les veillées au coin du feu. Le temps du travail au-dehors a repris.

Les hommes ont compris que le dégel était arrivé en écoutant les coqs crier devant les fermes et aux plaques de suie qui dégringolaient de la cheminée.
Le vent tourne au sud et Guernouille s'est assise sur son pliant. Tout en brodant ses mouchoirs, elle surveille son troupeau. Les brebis broutent inlassablement, rassurées par la présence de leur petite maîtresse. Elles seront bientôt tondues et les tisserands tordront la laine en fils pour les tisser en bandes d'étoffe.

Dans le champ voisin, les mancherons de sa charrue bien en mains, le Robert laboure en traçant des sillons droits et réguliers. Derrière lui, Gadou, son gros chien à poils noirs, le suit pas à pas, survolé par une alouette. On dit de cet oiseau qu'il est le compagnon du laboureur parce que friand des vers qui se déhanchent dans la terre fraîchement retournée.
La fillette lève le nez de son ouvrage. Elle est douce et intelligente, simple et gaie, en amitié avec la nature et les animaux. Elle considère qu'il y a toujours à apprendre, du crapaud qui chante sur la margelle du puits au rose vif de l'aubépine prête à prendre fleurs.

Gadou, la queue en trompette, vient saluer Guernouille. Excité par un lièvre déniché sous un buisson épineux, il ne cesse d'aboyer et de remuer. "Tout doux, mon bon chien", murmure la gamine. Elle lui tend un morceau de pain bis et de chèvreton qu'elle prélève sur son repas. Gadou sait fort bien à qui il a affaire !
L'enfant sourit. Elle aime sa jeunesse et les choses vertes qui équilibrent sa vie. Depuis peu, l'électricité est installée dans les maisons. Guernouille se réjouit de pouvoir lire ses contes auvergnats, au soir tombé, la chatte pelotant sur ses genoux.

La fin mars est belle. Un paysan sur le sentier mène son attelage de boeufs. Les cloches de la vieille église sonnent avec entrain la messe du matin. Et le soleil tape si gaillardement qu'on ne croit plus à l'hiver. Déjà l'hirondelle virevolte au-dessus des toits. Oui, la fin mars est belle dans la lumière de ce nouveau printemps. Elle chante dans le crépitement des pignoles qui craquent à la chaleur.


Danielle Chevalier
Novembre 2015
Villejaleix

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr