SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

MES DAMES DE COEUR

MES DAMES DE COEUR

Présentation :
DORIANE D'ORION, 24 ans, âne du Bourbonnais, marron avec la croix de St-André (bande noire qui relie les deux épaules en passant sur le garrot).
JESSICA, 18 ans, grand noir du Berry (de père) avec le nez blanc. Fille de Doriane.

Mars, sa clarté et ses monts qui verdoient, ses eaux qui sourdent dans les sentiers aux racines profondes. Mars est au rendez-vous du printemps. Son parfum humide se mêle au bruissement du vent. On se perd dans les genêts plus hauts qu'un homme. Le lierre emprisonne le tronc d'un orme renversé. Toutes ces vies qui renaissent et se bousculent en saluant l'hirondelle revenue au hameau...

DORIANE et JESSICA, mes deux ânesses, braient pour fêter la lumière de la nouvelle saison. Les naseaux dilatés et la queue tendue, elles manifestent leur joie, puis galopent vers moi du fond du pré, les oreilles couchées sur l'encolure avant de s'arrêter net à la clôture. Leurs grands yeux mobiles m'observent patiemment. Elles ont fait de moi leur amie et me témoignent une affection débordante. Elles ne se quittent pas, soucieuses l'une de l'autre, aimant la compagnie des gens. Jessica a eu plusieurs bébés, comme sa mère. Une fois elle est tombée amoureuse d'un âne irlandais et Bilbao, de couleur pie (marron/blanc), est né de cette union.

J'avance la main et Doriane la renifle. Le toucher du bout du nez est pour l'âne plus important que le voir. Mais d'un coup ses oreilles se dressent. Marlaguette, l'ânesse de mes voisins et amis, a lancé un cri à l'autre bout du hameau. Doriane est intriguée. Jessica s'en fiche. Elle a commencé à brouter l'herbe avec un frémissement des flancs et des oreilles en percevant les vibrations transmises par le sol.

Je les appelle "mes dames de coeur" ou "mes princesses". Cela leur va si bien. Je n'en suis pas propriétaire mais ai demandé à m'en occuper à l'année. Elles font partie de "L'attelage des Combrailles" et promènent les enfants. Jessica est obéissante et douce. Doriane, plus têtue, exige de ne travailler qu'avec sa fille. Elle est peut-être plus émotive sous sa placidité apparente ? Toutes deux marchent au pas et répondent sans problème aux commandements. De nature curieuse, elles apprécient leurs sorties en ville.

Cette année, mes ânesses ont leur cabane construite en croûtes de pin. Elles s'abritent du soleil, de la pluie, des vents, et s'attardent à plaisir pour déjeuner du foin que je distribue chaque jour. Je m'ennuie lors de leurs absences, courtes il est vrai. Mais quelque chose ne tourne plus rond dans mon environnement. Et mon chien Horus est le premier à se lamenter, lui qui chante tous les matins aux braiements de bienvenue des ânesses. Joli concerto champêtre à mon lever, les yeux encore embrumés de sommeil...

Mars 2016
Danielle Chevalier
Villejaleix

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr