SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

MARGOT

MARGOT

Tu sais que je t'aime, que je t'aime passionnément, et que je suis folle de jalousie quand je vois ta main caresser le dos d'un autre chat. Je me contiens pour ne pas lui sauter dessus, toutes griffes dehors ! Tu me gronderais et je serais trop malheureuse. Je guette chacun de tes regards et attends celui que tu poseras sur moi pour te faire mes yeux doux. Je voudrais tant exprimer tout l'amour que je te porte et qui déborde de mon coeur.

Nous devions nous rencontrer, c'était écrit. Je pense comme toi, chère maîtresse, je ne crois pas au hasard. Je n'étais pas bien grande et vivais en pleine campagne à proximité de ta maison. Tu m'as ouvert ta porte. J'ai hésité avant d'en franchir le seuil. J'étais moralement marquée par la disparition mystérieuse de ma mère et considérais que nous n'étions pas du même monde. Je me trompais. Il y a du chat en toi. Les mêmes silences et le même sens de l'observation. Je t'ai aimée dès notre premier échange affectif. J'ai bondi sur tes genoux et j'ai peloté, confiante et câline. Je pelote toujours, ronronne dans ton oreille, te renifle du bout du nez, je te veux pour moi seule.

Allez, viens, allons nous promener. Avril a une belle clarté et le coucou "vocalise" au fond de la vallée. Je ne sais pas si tu connais ce bouquet de noisetiers en bordure du champ voisin ? Dès qu'il y a du vent, le pollen des chatons s'envole en petits nuages légers. Des fois, ça me fait éternuer ! Regarde, maîtresse, regarde cet espace de bruyère qui ondule en ondes brunes. C'est là que j'ai attrapé le mulot que j'ai déposé en cadeau dans ton bol de soupe. Regarde, maîtresse, ce pommier qui commence à prendre fleur, c'est mon arbre préféré. Je me repose à l'ombre de son feuillage quand le soleil cogne trop fort. J'ai besoin de temps en temps d'un peu d'indépendance. Tu dis ? Bon, bon, c'est O.K., je ne toucherai pas aux mésanges qui sautillent sur les branches. Mais c'est vraiment par amour pour toi. Parce que tu adores les oiseaux et que je ne veux pas te contrarier. On rentre déjà ? Tu vas t'asseoir ? J'ai envie de me coucher entre tes bras. Tu m'aimes, n'est-ce pas ? Tu me préfères aux autres ? Embrasse-moi, que toute la maisonnée voit comme tu me chouchoutes. C'est contre toi que je fais mes plus beaux rêves. C'est contre toi que j'apprécie la vie. Tu m'as tirée de la misère. Je t'aime passionnément.

Margot

Par la voix de Danielle Chevalier
Avril 2016
Villejaleix

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr