SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES

> Chroniques de la campagne

DEBUT DE SAISON

DEBUT DE SAISON

Devant les maisons secondaires, les chaises et les fauteuils auront des peintures écaillées au printemps. Les Parisiens ont oublié de les rentrer dans les appentis. Se doutent-ils, les Parisiens, qu'octobre peut prendre des allures d'hiver et qu'une espèce de mélancolie noie la campagne ? Les soirées se recroquevillent dans la fumée des feux d'herbe et, au matin, une brume tenace tapisse les monts d'Auvergne en annonçant la pluie. Les grillons ne crissent plus pour charmer leurs compagnes. Ils ont peur du vent qui déshabille les arbres et des feuilles qui s'en vont rouler dans les chemins. Les lézards recherchent le moindre rayon de soleil qui les réchauffera sur le granit brut des murets.

Dans une mare couleur de ciel logent en silence quelques grenouilles aux yeux d'or. Au milieu d'une cour de ferme, deux dindons mâles se battent sans raison en s'interrompant d'un coup pour aller boire. La taupe, maudite par les jardiniers, s'aide des épaules pour s'enterrer profondément. L'écureuil ne flâne plus. Il creuse et creuse encore, emmagasinant ce que la forêt lui offre : noix, glands, champignons, pommes de pin...

Au bout d'un pré-verger, une fois franchi un terre-plein de genièvres pointus, des vaches meuglent à mufles tendus vers leur patron qui verse une botte de foin dans un râtelier. Leurs cris dérangent dans son sommeil la chouette hulotte cachée dans un bosquet. Déjà qu'elle a du mal à supporter le tambourinage de son voisin le pic-vert !

Un torrent jaillit dans ce lieu solitaire, abandonné à lui-même. Etroit, encaissé, il charrie les graviers amoncelés au bord des berges. Son courant heurte un rocher en déséquilibre au-dessus du vide. Une buse y chasse, parfaitement immobile, le regard et l'ouïe en éveil.

Quand l'hiver arrivera avec son froid cuisant, ses craquements rauques et sinistres, beaucoup d'animaux souffriront de la faim et certains périront. Ainsi le veut la loi incontournable de la nature avec son ciel bas comme une vapeur de plomb. Jusqu'à ce que l'azur tourne à l'argent et qu'une belle lumière s'ouvre enfin au printemps et à de nouvelles vies.

Octobre 2016
Danielle Chevalier
Villejaleix

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr