“MISSION VARNA”, EN ROUTE POUR UNE CAMPAGNE DE STÉRILISATION EN BULGARIE AVEC VET’ONIRIS SANS FRONTIÈRES !  
Clinique Mobile


Mission internationale soutenue par La SNDA

La SNDA accompagne financièrement de nombreuses missions humanitaires hors de l’hexagone comme le magnifique projet “Mission Varna” en Bulgarie porté par Vet’Oniris Sans Frontières.

Nous avons financé une partie de cette mission au cours de laquelle quatorze étudiants de l’école vétérinaire de Nantes, membres de l’association “Vet’Oniris Sans Frontières”, ont travaillé ensemble afin de mener une campagne de stérilisation en Bulgarie.

Nous sommes fiers d’avoir contribué à ce projet, qui a notamment permis de réaliser 192 stérilisations de chiens et chats, et de donner la parole aux étudiants de manière à ce qu’ils partagent leur expérience dans les colonnes du “Dynamique”.

Retour sur la mission Varna  :

l’équipe devant la
Clinique Mobile

De manière à financer leur mission, les étudiants ont procédé à une collecte de fonds par tous les moyens qui leur étaient offerts, allant du crowdfunding au sponsoring, en passant par  la vente de divers produits comme des crêpes et des chocolats. Ils sont ainsi parvenus à collecter la somme de 10 376,83 € en plus des dons matériels indispensables à la mise en oeuvre de leur action ! La somme a été collectée en vue de subvenir à la réalisation de plusieurs missions, et 4 447,22€ ont spécifiquement été consacrés à la Mission Varna, en Bulgarie.

Six étudiants (dont cinq en deuxième année et une en quatrième année) sont donc partis dans le village d’Avren en Bulgarie, pour y réaliser une campagne de stérilisation.

Ils ont réalisé 192 stérilisations de chiens et chats et ont vacciné 161 chiens contre la rage. Tout ce petit monde ayant également été traité contre les tiques.

Organisation des opérations :

Les animaux étaient capturés le matin par les salariés de l’association et installés dans de grandes cages à l’extérieur en attendant leur opération.

Les stérilisations avaient lieu dans le camion-clinique mobile de la “Lucky Hunt Foundation”, qui avait été placé sur le stade municipal du village d’Avren. Cette association possède également des refuges où sont logés, après leur stérilisation, les chiens ne pouvant pas être relâchés à l’endroit où ils avaient été trouvés en raison de leur mauvais état de santé. Les animaux qui devaient rester en surveillance étaient transférés au refuge de Devnya où se trouve une véritable clinique spécialisée. Deux vétérinaires encadraient les étudiants : Leila El Fourgi et Anna Preobrazhenskaya.

Les étudiants étaient remarquablement bien organisés et avaient adopté une routine quotidienne. Afin d’optimiser leur travail, et ainsi gagner en efficacité, ils avaient composé trois équipes de deux personnes de manière à se répartir les différentes étapes de stérilisations et de soins apportés aux animaux.

Quelques explications quant aux  différentes étapes :

1 La première équipe s’occupait des soins pré et post-opératoires immédiats :   

Soins pré-opératoires : préparation du poste, à savoir, mise en place d’une alaise, fourniture de fils, lames et champs stériles, tonte de l’animal et désinfection, pose d’une marque à l’oreille, aide pour la contention lors de l’anesthésie, pose du cathéter et de la perfusion.

Soins post-opératoires : désinfection, application d’un produit à effet protecteur (pansement par exemple), injections d’antibiotiques, de vaccin antirabique, d’anti-inflammatoire, application d’un produit anti-tiques, avant remise de l’animal dans sa cage. Ensuite il était procédé au nettoyage de la table et à la stérilisation des instruments, ainsi que des cages. Pour terminer les chiens étaient abreuvés et recevaient des  croquettes avant une promenade bien méritée.

2 La deuxième équipe aidait à la chirurgie :

Aide à la chirurgie : observation et assistance lors des chirurgies pour notamment tenir les instruments ou l’utérus lors de certaines opérations, surveiller l’anesthésie, et si besoin injecter un peu plus d’anesthésiant, d’anti-sédant ou d’atropine en cas de dépression respiratoire ou cardiaque, et de coagulant en cas d’hémorragie.

3 La troisième équipe, quant à elle, s’occupait de la gestion des chats et du post-opératoire tardif au refuge :

Gestion des chats et du post-opératoire tardif au refuge : Ivan et Alberto s’occupant uniquement d’attraper les chiens (ce qui n’était pas une mince affaire vu l’agressivité de certains), c’était le rôle des deux derniers étudiants de capturer les chats dans la rue ou de convaincre les habitants de leur amener les animaux qu’ils repéraient devant chez eux, les gardant un moment à leur domicile après l’opération pour qu’ils puissent se remettre tranquillement. Cette équipe était aussi chargée de gérer les cages à chats.

Dans le refuge : il y avait toujours moins de chats à stériliser que de chiens. Les chiens en observation étaient lavés, déparasités, leurs plaies étaient tondues, nettoyées, puis  désinfectées. Les injections d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires étaient renouvelées si nécessaire. Les chiens en perfusion étaient surveillés et recevaient des vitamines pour les aider à se remettre de l’opération. Certains chiens du refuge ont aussi été stérilisés pendant leur séjour. Enfin, les chiens destinés à partir en France ont été pucés et pris en photo.

Retour sur l’expérience des étudiants de  “Vet’Oniris Sans Frontières” :

“Outre le fait que cette campagne a permis de stériliser un grand nombre d’animaux, elle a également été pour nous, source de nombreux apprentissages.

Nous avons appris à effectuer des soins pré et post-opératoires mais également à assister les chirurgiens lors des opérations.

Nous avons eu des responsabilités plus importantes que lors de nos stages précédents. Toutes ces tâches, qui ont dû être réalisées individuellement dans les conditions stressantes, nous ont permis de développer notre autonomie et notre capacité à réagir vite, dans des situations le nécessitant. Tout cela nous sera très utile lors de nos prochains stages, et pendant nos années de clinique à l’école.

De plus, le fait de partir en Bulgarie et de travailler dans un camion aménagé en mini-clinique, équipé de l’essentiel, et avec des animaux errants, nous a permis de découvrir une autre façon de pratiquer la médecine vétérinaire. Nous avons fait des stérilisations de chiennes et de chattes par le flanc. Cette technique permettant d’enlever les ovaires et l’utérus par une incision très réduite sur l’animal. Les muscles de l’abdomen forçant la cicatrice à se fermer naturellement. Ainsi, nous avons grandement réduit le risque d’éventration et nous pouvions relâcher les animaux sereinement le soir même, ou le lendemain.

Cela nous a aidé à développer notre esprit critique, à envisager différentes méthodes et nous a prouvé qu’il était possible de pratiquer la médecine vétérinaire avec moins de moyens. Cela nous sera utile par la suite pour  développer notre bon sens et nous rendre plus confiants lors de certains cas atypiques nécessitant d’agir vite et avec peu de matériel.

Nous avons été peu en contact avec les propriétaires d’animaux. Souvent ceux-ci étaient, soit abandonnés, déposés par les bergers le matin avant que nous n’arrivions, soit amenés par  les salariés de l’association qui se chargeaient de les prendre directement chez les propriétaires. Parfois, nous avons capturé les chats dans les jardins et devant les maisons des habitants qui nous demandaient de l’aide.

Nous ne savons pas encore si la Mission Varna sera reconduite dans les prochaines années. Nous espérons que d’autres étudiants seront intéressés pour suivre nos pas !

La réalisation de cette première mission fut un réel enrichissement pédagogique et humain pour nous. Les petits soucis rencontrés nous permettront d’améliorer les missions à venir. Merci beaucoup à vous qui avez permis la réalisation de ces beaux projets !” (Les étudiants de Vet’Oniris).

Pour en savoir plus www.facebook.com/MissionsInternationalesVOSF/

Fermer le menu