La Corée du Sud met fin au commerce de viande de chien

La Corée du Sud met fin au commerce de viande de chien

Le Parlement sud-coréen a franchi une étape importante en adoptant à l’unanimité un projet de Loi interdisant le commerce de viande de chien. Cette décision, attendue depuis longtemps, représente une victoire significative pour les défenseurs des droits des animaux et souligne un changement des mœurs en Corée du Sud. La nouvelle loi, qui entrera en vigueur après une période de grâce de 3 ans, vise à éliminer l’élevage, la vente et l’abattage de chiens à des fins de consommation. À présent, cela est punissable de 3 ans d’emprisonnement et d’une amende pouvant atteindre 30 millions de wons (20 800 euros).

La viande de chien a longtemps fait partie de la cuisine sud-coréenne, avec jusqu’à un million de chiens tués chaque année à des fins alimentaires. Cependant, la consommation a considérablement diminuée ces dernières années, principalement en raison de l’augmentation du nombre de coréens adoptant des animaux de compagnie. Face aux pertes potentielles des éleveurs de chiens destinés à la consommation, la nouvelle loi prévoit des compensations pour permettre une transition en douceur hors de cette industrie.

L’interdiction, qui prendra effet fin 2027, reflète une évolution des mentalités en Corée du Sud, où la protection des animaux devient une priorité. Le président sud-coréen Yoon Suk Yeol, élu en 2022, avait promis de faire de cette interdiction une réalité, marquant ainsi un tournant dans la protection des chiens en Asie.

Les associations de protection animale ont salué cette décision comme une étape importante dans l’histoire de la protection des animaux en Corée du Sud. JungAh Chae, directrice exécutive de l’organisation Humane Society International, a souligné que cette victoire témoigne de la passion et de la détermination du mouvement de protection des animaux.

Cette décision fait de la Corée du Sud le dernier pays asiatique à interdire le commerce de viande de chien, rejoignant ainsi d’autres nations telles que Hong Kong, Taiwan, les Philippines, la Thaïlande, Singapour et l’Inde. Certains voient cela comme un possible effet domino, suggérant que d’autres pays pourraient suivre l’exemple de la Corée du Sud dans la protection des droits des animaux.

L’interdiction du commerce de viande de chien en Corée du Sud représente un pas significatif vers une société plus respectueuse des animaux. Cela témoigne de l’impact positif du changement culturel et de la prise de conscience croissante en faveur des droits des animaux dans la région asiatique.


Défenseur de la cause et du bien-être animal?  Soutenez-nous ! Faites un don à la SNDA.

Vous pouvez suivre les actualités du monde animal sur le site de la SNDA. 

Également, retrouvez-nous sur InstagramFacebook et Tiktok

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ceci fermera dans 20 secondes